Header Ads

La jeunesse rifaine: victime de la haine et de racisme du pouvoir marocain



Par la rédaction (opinion)
Qui a-t-il pensé qu'un jour, une poignée des jeunes nobles et courageux enrageraient le pouvoir marocain ? Hélas, c'est le cas et le fait d'aujourd'hui. La bigoterie de ceux qui accaparent le pouvoir au Maroc a atteint son paroxysme, tout ce qui est lié au mouvement Hirak, au nom de Nasser Zefzafi ou aux activistes de ce mouvement est à extirper, avec tous les moyens légitimes et illégitimes, notamment embaucher les mercenaires qui se font passer pour des journalistes et des intellectuels, pour distiller une vile propagande dans les médias, y compris internationaux, des types sans principes ni valeurs, qui se dirigent là où le vent les portent, et qui rejoignent le rang de celui qui paye plus, et de celui qui est fort, peu importe l'ignominie dont ils sont des chairs à canon, mais rappelons que l'histoire est impitoyable, elle les jugera, et la postérité sachera qui est un mercenaire vendu et qui est un homme de principe.
Le pouvoir atteint de la mégalomanie, excelle dans les pratiques autoritaires, n'utilise pas seulement les mercenaires, mais également les trolls et les milices électroniques sur les réseaux sociaux, avec pour objectif ternir l'image des détenus rifains et voire la population du Rif, on peut visiblement le constater sur principalement Facebook, où ces trolls pro flics colportent de photomontages, de commentaires haineux et de bla bla bla qui frise le racisme à l'égard les Rifains, une pratique exercée par l'immense majorité des régimes dictatoriaux de la planète, il suffit de lire une enquête de RSF  à cet égard pour avoir connaissance de l'enjeu.
Le pouvoir marocain engage pareillement la "presse" vénale, une armée des sites et des "journaux", pour mener à bien sa propagande défaillante, des titres racistes, des fausses infos, des hoax et des manipulations, souvent ces sites sont dirigés par des sécuritaires ou se rabattent sur un financement généreux des services de renseignement. En fait, ça révèle une bassesse, mais également la stupidité de l'État, puisque à l'ère des smartphones, des réseaux sociaux et des journalistes citoyens sur le terrain, on pourrait plus faire passer les mensonges. Douloureuse vérité pour un régime qui s'évertue à demeurer dans les pratiques autoritaires.
Les mercenaires, les trolls et la "presse" vénale, pour ne citer que ceux-ci, ce sont l'armée du pouvoir marocain pour débrider son... fascisme (le mot n'est pas exagéré), et stigmatiser les détenus rifains.
Certes, le régime marocain a trouvé un terrain propice afin de développer ses actions honteuses, puisqu'on est dans un pays où il y a un manque cruel de la démocratie et de la tolérance de la parole critique, notamment un journalisme indépendant pour donner la parole à ceux qui s'opposent aux politiques arbitraires qui ne génèrent que le plongement de la classe pauvre et moyenne dans la misère matérielle... mais aussi intellectuelle, puisque un peuple ignorant est facile à maîtriser et à apprivoiser, et ça après avoir asphyxié tous les journaux et les médias indépendants et poussé ses journalistes à l'exil. L'appareil sécuritaire au Maroc est très efficace en ce qui concerne réduire les journalistes indépendants au silence
De surcroît, on peut sèchement signaler un autre facteur qui a encouragé le régime à déclencher son infamie, il s'agit de contexte international défavorable aux droits de l'homme, et marqué par la montée en puissance des régimes policiers, militaires, autoritaires et conservateurs dans le monde. Décidément, on vit un printemps de l'autoritarisme. Triste époque à résister et voire à enrayer.

Aucun commentaire