Header Ads

Qunad le sultan Youssef faisait l'éloge de l'armée coloniale française pour avoir écrasé les Rifains



Abdelkrim s'est rendu le 27 mai 1926, il a été transporté vers Fès en attendant le résultat des négociations franco-espagnoles (le détracteur Youssef a assisté à une partie de ces négociations) sur son sort à Paris. À cette occasion le général Théodore Steeg qui gouvernait le Maroc du 27/9/1925 au 30/11/1928, adressait une lettre de félicitations au sultan Youssef. La réponse de ce dernier ne tardait pas [ne soyez pas choqués]. Et pour répliquer au président de la République française Gaston Doumergue (1924-1931) qu'il l'a invité à un dîner a l'occasion du 14 juillet, le sultan Youssef disait:

«Je suis très content de répondre à l'invitation digne du président de la France après la victoire écrasante de l'armée française et de nos soldats, qui a mets fin à la rébellion qui a menacé nos deux pays, dans le but de rétablir la paix et la sécurité dans notre empire chérifien, j'avais eu, ce matin devant la tombe du soldat inconnu, un sentiment de gaieté très particulier, les soldats frères très courageux (Français) qui ont fait un travail excellent dans notre empire comme je suis très content d'annoncer notre grande reconnaissance pour la France, protectrice du Maroc, qui a fait des efforts extraordinaires pour accomplir sa mission civilisatrice dans notre pays... Nous et nos sujets, nous n'oublierons jamais les grands sacrifices fournis par la France pour nous protéger, je vous remercie beaucoup monsieur le président, et je vous souhaite beaucoup de bonheurs, comme je lève mon verre pour la dignité et le progrès de la France.»

Aucun commentaire