Header Ads

Lettre à un jeune joueur rifain du football de la Diaspora

Nordin Amrabat (Léganes)
Par Lhoussain Rifain

Mon cher et jeune frère, Azul Tawmat

Tu as fais ton choix de jouer pour la Maroc, Nous respectons ton choix et ta liberté et te souhaitons toute la réussite. Toutefois, nous ne partageons pas ce choix car les autorités du Maroc (et nous faisons ici une distinction entre le pays-peuple et les autorités gouvernantes) usent de violence excessive, de tyrannie, de mépris dans le Rif, terre de tes parents, des ancêtres... Ce pays que tu as choisi de représenter enferme et emprisonne des jeunes rifains comme toi, qui ont juste revendiqué des droits de vivre dignement. Ce pays que tu as choisi de brandir les couleurs a poussé ton paternel, toute ta famille à l'exil pour des conditions de vie meilleurs...

Je n'admets cette négation de tout ton héritage, cette négation de ta liberté, de t'exprimer dans ta langue mère. Pourtant tu vis dans des pays démocratiques libres, tu as été élevé dans les valeurs de la liberté et tu ne manques de rien, ton avenir assuré... Pourquoi donc acquiescer ou consentir à des directives du pouvoir, et se refuser à une réponse dans la langue mère; la langue rifaine ? Le football, au Maroc, est un folklore tout comme la religion. Ils sont utilisés ou instrumentalisés pour berner le petit peuple, l'endormir, le crétiniser, l'animaliser... C'est du fard pour amadouer tout un peuple qui patauge dans toutes sortes de problèmes... Tu y participes malgré toi, malgré ta stature matérielle, malgré ton éducation dans des pays socialement avancés etc..

Le football prône les vraies valeurs de partage dans les pays qui se respectent... Au Maroc, ce sport laisse entrevoir une mise en scène d'étendard et de slogans et glorifie des symboles nationales, le tout dans la plus fausse des communions.

Bonne Coupe du Monde. A suivre.

Aucun commentaire