Header Ads

«Je revendique mes deux identités qui sont, pourtant, parfois très contradictoires»



Le problème avec moi, c'est que je ne suis pas 100 % rifaine. Ma mère est française et je suis autant européenne que rifaine. Je revendique mes deux identités qui sont, pourtant, parfois très contradictoires, notamment au niveau des valeurs justement. Je me sens déchirée entre deux cultures, l'une plus impulsive, l'autre plus rationnelle. J'ai l'esprit et le coeur rifain, mais je n'ai pas de culture rifaine. J'ai la culture française, mais je n'ai pas le tempérament occidental... Je suis dans un entre-deux et ce n'est guère facile de m'y retrouver. Je me cherche aussi...

Je précise, je ne suis ni chercheur, ni étudiante en Histoire et je ne suis donc pas une autorité en la matière. Cependant, après mûre réflexion, j'ai essayé de distinguer quelles étaient nos valeurs et comment elles ont pu être notres.

Je remarque que notre peuple a une caractéristique bien particulière et unique en son genre : nous avons connu l'occupation pendant plusieurs millénaires - et elle n'est toujours pas finie. MAIS, paradoxalement, nous avons su, ( toujours pendant des milliers d'années ! ) garder notre identité et la preuve est bien là : tous autant que nous sommes, nous nous disons Rifains et pas autre chose.
Par ailleurs, il ne faut pas oublier que nous sommes une population issue des montagnes où le climat est dur tant en hiver qu'en été, où l'agriculture est difficile, autrement dit, où il est difficile de subsister...

Toutes ces conditions - la guerre, la rudesse de l'environnement - font que nous sommes devenus des personnes qui sont à l'image de leur milieu : DURES, RESISTANTES,COMBATTIVES. Il a toujours fallu que l'on se batte, contre la nature comme contre les hommes et c'est ce qui a donc forgé, chez nous, ce caractère martial qu'on nous reproche souvent. Par ailleurs, cette vie extrême a fait de nous des champions en matière d'ADAPTATION - c'est ce qui explique que nous avons réussi à bien nous intégrer à l'étranger par exemple.

On nous dit impulsifs, "sang chaud", violents car nous voyons dans l'attaque un moyen de défense quand nos interêts sont en péril... Comme toi, je pense que nous sommes FIERS, voire même parfois arrogants mais nous avons nos raisons... Nous sommes tous issus de familles appartenant à des "tribus" ou plutôt (je deteste ce terme "tribu", ça fait sauvageon...) on fait tous parti de "clans" à l'origine. Nous n'avons jamais, je pense, pratiqué l'esclavage entre nous. Nos ancêtres ont tous été des guerriers, certains (comme les miens), guerriers-pilleurs et cette condition de seigneurs fait que l'HONNEUR est notre principale valeur. En fait, nous étions des aristocrates possedant des terres et partant à la guerre. Ainsi, l'EGO, le "moi", le "nom", est un bien à défendre coute que coute, même si à en perdre notre vie.

Certes, nous avons tous été des seigneurs mais je pense qu'à l'interieur même de chaque clan, il y avait une hierarchie. Je sais que mon ancêtre est celui qui a crée Izaroualen, un bled près d'Ajdir dans la région de Nador mais administré par Taza aujourd'hui. Mon père disait qu'on appellait cette région Xanaia, avant - "la poudrière du Rif". C'est vrai qu'il y a beaucoup de brigands et trafficans dans mon coin... Je ne peux pas le nier. Il y a même un mythe fondateur de mon patelin d'après mon père et c'est en fonction de l'histoire de ma famille qui a commencé il y a 9 générations de cela je crois, que j'ai determiné ces quelques observations. Mais je peux me tromper...

Je constate, malheureusement, (et ce par expérience !) le revers de la médaille. Poussée à l'extrême, l'honneur devient orgeuil, la violence devient meurtre, pillage -même des siens, l'égo devient égoïsme, égocentrisme, l'autorité se transforme en tyrannie... Les gens, d'après ce que j'ai pu lire dans d'autres fora - et cela m'a profondemment blessé - ne voit que cette partie négative qui peut être réelle pour certains d'entre nous mais pas pour tous, pas pour moi en tout cas.

Je pense que nous avons un gros travail pour ré-affirmer notre identité, surtout que désormais, beaucoup de Rifains sont comme moi, moitié rifain, moitié européen. Preserver notre patrimoine culturel est essentiel car on a presque tout perdu mais il serait aussi temps de commencer à enrichir ce patrimoine, à créer. Je ne connais pas notre langue par exemple, je ne connais aucun Rifains en France. Je me sens loin de tout... Il faudrait qu'on commence à se réunir et à construire cette culture qui a tant souffert. On a le droit, nous aussi, d'avoir une histoire littéraire et artistique qui regarde vers l'avenir. Ils faut qu'on se prenne en main !

Je suis moi-même en train de travailler sur des projets d'écriture et d'art. Forcément, l'influence rifaine se fera ressentir. Les valeurs de PERSEVERANCE, de LUTTE, de FORCE... Nous sommes une société assez nietzschéenne, je trouve... Nous avons su garder notre esprit primitif qui est en accord avec les lois naturelles : le plus fort ou le plus rusé (qui est en fait, une forme de force quelque part, mais détournée ) est acclamé et respecté. Le lâche, le faible, l'incompétant est méprisé ! Cette autodiscipline qui veut que l'on se dépasse par nature fait de nous des gens qui cherchent et devraient normalement réussir.

Je pourrais encore en parler des heures... On s'est perdu, selon moi. On a perdu cette foi d'antan et il suffirait simplement de recentrer les choses pour faire de nous une civilisation renaissante - et triomphante, qui sait ?

Kaily Caine

Aucun commentaire