Header Ads

Amediaz, ce personnage indésirable dans la société rifaine !



Ce personnage qui a traversé tous les temps avec ces moments de bonheur et de tristesse. Celui qui sentait avant tout de l'occupation et du colonialisme.

Pendant les souks, il profitait de l'occasion pour faire passer le message à la population dans le dessein d'un rassemblement et surtout la résistance. Une énigme résolue par les colons qui ont su étouffer ce moyen de communication par la propagande afin de tourner la population contre lui.

Tout simplement, ils ont inventé l'histoire qu'après sa mort son corps se transforme en créature diabolique et que sa présence pendant les fêtes chasse les anges...

A cet égard, voici un récit concernant les imedyazens lors d'une cérémonie de mariage:

«Les musiciens animent les festivités et doivent apporter leur concours lors des mascarades organisées par les jeunes. Ce sont des hommes de très bas statut. Ils ne possèdent pas de terres et les Iqar'iyen refusent de se marier chez eux. Ils sont supposés être le contraire des hommes d'honneur. On les dit lâches, avares, et d'aucuns prétendent qu'ils ne sont pas de vrais musulmans et qu'ils pactisent avec le diable. D'une manière générale, les iqar'iyen les méprisent et évitent de les fréquenter. Mais durant les cérémonies du mariage, leur présence est indispensable...»

En gros, ils étaient plutôt considérés comme des "bouffons" qui amusaient la galerie... Ils étaient mal considérés par les Rifains, ne possédaient pas de terres et devaient être sous la protection d'un "amghar" (un grand)...

Pour cela, les imedyazens créaient une célèbre chanson considérée comme un cri contre le regard de la société à l'égard d'eux :

Mali wah ya mali axmi uda nexriq axmi uda nimi
Mali wah ya mali axmi uda neḥthic arbi3 ak imendi
Mali wah ya mali axmi uda nezzi thifunasin ughi

Aucun commentaire